Un budget pour l’avenir

Mercredi soir, nous participions à un moment important de la vie de notre Ville : celui du vote du budget.

7035825939_0e47694d94_z

Je vous en parlais il y a quelques jours sur mon blog, ce budget est placé sous le signe de la responsabilité –comme nous l’avons d’ailleurs toujours fait au Plessis-Robinson– parce qu’encore une fois, nous n’augmentons pas les impôts des Robinsonnais et des entreprises en cette période économique difficile.

Sans répéter ce que je vous écrivais il y a peu, je tiens néanmoins à revenir sur quelques points sur lesquels j’ai pu m’exprimer lors de cette séance :

  •  Sur la dette : je tiens à rappeler que lorsque nous avons repris en main la mairie du Plessis-Robinson, il fallait alors 30 ans pour rembourser cette dette ! Nous avons en quelques années redressé les finances de notre Ville grâce à une gestion responsable des deniers publics, l’argent de vos impôts.
    Notre taux d’endettement reste aujourd’hui inférieur à celui des villes de taille comparable à la nôtre. Si cette année, la dette augmente, de façon totalement maîtrisée, c’est simplement parce que nous avons procédé à l’achat de terrains sur la ZAC Noveos. Ces achats sont des investissements pour l’avenir : lorsque ce quartier émergera, ce seront des ressources nouvelles qui reviendront à la Ville.
    Je souligne malgré tout que lors de sa prise de parole, un élu socialiste a tout de même reconnu que nous avions, je cite, un « endettement correct ».

 

  • La vidéoprotection fait partie des investissements pris en compte dans ce budget 2013. Il s’agit d’un équipement qui permettra d’amplifier les résultats positifs que nous obtenons en matière de sécurité sur la ville et qui font du Plessis-Robinson une des villes les plus sûres de France dans sa strate.

 

  • Le budget présenté intègre également le pôle culturel, dont la première pierre sera très prochainement posée. Il s’agit d’un équipement structurant de grande qualité : une salle de spectacle, une médiathèque, deux salles de cinéma, un pôle de musique actuelle, deux salles d’arts plastiques, une salle de réception, une salle d’activités multiculturelle et un espace de restauration, le tout réuni en une grande maison des arts.

 

  • Le PPP Voirie, qui permet de rénover et d’entretenir 40% des rues de la ville pendant 20 ans, constitue une dépense parfaitement maîtrisée et prévisible. Il est source d’importantes économies pour la Ville notamment grâce à la réduction de la consommation d’électricité et la réduction des fuites d’eau générées par l’actuel réseau vieillissant. Surtout, il offre aux Robinsonnais un cadre de ville agréable.

 

  • L’une des recettes intégrées au budget est la DGF, la dotation générale de fonctionnement accordée chaque année par l’Etat aux collectivités territoriales. Sa base a augmenté au Plessis-Robinson du fait de l’augmentation de la population. Pourtant, cette augmentation aurait du être largement supérieure à celle reçue. Le compte n’y est pas et cela impacte une nouvelle fois les finances de notre commune.
    Et je ne parle pas de la péréquation qui fait que les collectivités les mieux gérées, comme la nôtre, paient pour celles qui ont fait des erreurs grossières, par exemple en contractant des emprunts toxiques…

 

Enfin, le Conseil Municipal a également été l’occasion de débattre du SDRIF, le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France, un document sur lequel la Ville est invitée à s’exprimer. Son analyse nous a révélé un projet démesuré : les objectifs de construction de logements sont inatteignables et celui de ratio logement/emploi serait particulièrement défavorable au développement de notre activité économique. Pour ces raisons, nous avons émis un avis défavorable au projet et je vous invite à faire de même lors de l’enquête publique qui se déroule du 28 mars au 30 avril.

A très vite,

Philippe Pemezec

A votre avis