Sauvons le Grand Paris

Pétition des élus franciliens à François Hollande, Président de la République,

« Pour la réalisation RAPIDE de TOUT le Grand Paris Express »

Le rapport Auzannet a été remis à la ministre du logement et de l’égalité des territoires hier.

Ce rapport était très attendu par l’ensemble des élus d’Ile-de-France et par les Franciliens eux-mêmes. Depuis l’élection de François Hollande à la présidence de la République, une lourde menace plane en effet sur l’avenir de ce projet incontournable pour le quotidien et l’avenir des Franciliens.

Le choix du nouveau président de la République de confier le dossier du « Grand Paris » à Cécile Duflot, première opposante à ce projet lorsqu’elle siégeait sur les bancs du conseil régional d’Ile-de-France, a constitué un premier acte de défiance du nouveau pouvoir face à un projet qui avait pourtant fini par faire l’objet d’un large consensus parmi les élus franciliens.

Seconde menace pour l’avenir du Grand Paris : le refus du gouvernement, dans les semaines qui ont suivi, d’inscrire au budget de l’Etat la première tranche de la dotation de 4 milliards d’euros nécessaire pour permettre la réalisation de cet ambitieux projet.

Au lieu d’apporter enfin les assurances attendues par les élus de tous bords, le rapport Auzannet renforce au contraire les craintes qui se sont fait jour depuis plusieurs mois.

En préconisant de remettre à l’après 2030 des pans entiers du réseau envisagé, ce rapport bouleverse en profondeur le projet tel qu’il avait été conçu. Les boucles ne bouclant plus, l’intérêt initial du projet est perdu avec le risque de rééditer les erreurs du passé : la construction de bouts de tronçons, sans cohérence entre eux, au détriment de la fluidité des déplacements pour les usagers.

Plus grave encore, aux termes de ce rapport, de larges zones du territoire francilien risquent de se trouver dépourvues de moyens de transports modernes et efficaces. Ainsi, seraient remis à l’après 2030, la ligne rouge entre Pont-de-Sèvres et Saint-Denis Pleyel, le tronçon entre Champigny et Noisy-Champs (entrainant une lourde menace sur la réalisation de la gare Bry-Villiers-Champigny), ainsi que la ligne verte entre Saclay et Nanterre. La liaison entre Le Bourget et l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle se verrait également renvoyée à cet horizon lointain, condamnant de fait la réalisation de la gare Triangle de Gonesse et, par voie de conséquence, le projet Europa-City et ses nombreux emplois.

C’est pourquoi, nous, élus d’Ile-de-France, demandons solennellement au Président de la République de prendre des engagements, en particulier financiers, clairs, fermes et définitifs affirmant que l’intégralité du réseau Grand Paris Express, tel qu’il a été conçu et tel qu’il résulte de l’accord entre l’Etat et la région du 26 janvier 2011, sera réalisé dans les délais initialement prévus.

Mots-cle: , , , , , , ,

A votre avis