Retour sur le Conseil Municipal du 6 juin

rapport (Copier)

 

Quelques mots sur ce Conseil Municipal : les finances de notre commune sont toujours aussi saines. C’est l’enseignement principal des points budgétaires que nous avons abordés. J’en suis particulièrement fier. Cette gestion rigoureuse nous permet de continuer à investir pour améliorer le cadre de vie des Robinsonnais. Contrairement aux allégations de notre opposition, la dette de notre ville est bien sûr maîtrisée. La part d’autofinancement dans le budget 2012-2013 a d’ailleurs augmenté de manière significative. A l’inverse d’autres collectivités ou de l’Etat dont les dettes servent à financer les dépenses de fonctionnement (les salaires des fonctionnaires, par exemple), notre dette est consacrée, elle, à des projets d’investissement.

Cette séance a aussi été l’occasion d’aborder le dossier de la vidéoprotection : dans quelques semaines, 39 premières caméras seront installées sur la ville. Gage d’efficacité de ce système, salué par la commissaire de police de Clamart : des agents de la Police Municipale se relaieront 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, derrière les moniteurs de contrôle. La vidéo-protection offre deux avantages dans la lutte contre l’incivilité ou la délinquance : elle permet de résoudre certaines affaires grâce à l’exploitation des images, mais aussi d’améliorer la vitesse d’intervention de la Police Municipale grâce à la communication entre les agents derrière les écrans, et ceux qui patrouillent dans la ville. Je reste persuadé que ce dispositif a également un effet préventif, et peut dissuader certains délinquants avant qu’ils ne passent à l’acte.

Enfin, un dernier mot sur l’attitude détestable de l’opposition au début du conseil qui a cru bon d’instrumentaliser le décès d’un jeune militant d’extrême-gauche qui a vraisemblablement perdu la vie dans une bagarre avec des militants d’extrême-droite.

Que les choses soient bien claires. On ne peut que s’attrister de ce drame. Qui ne serait pas touché par la mort d’un jeune de 19 ans, qui finalement n’était encore qu’un enfant ?

Ce que je n’accepte pas, c’est que des vautours se soient empressés de récupérer ce fait divers pour en faire un symbole politique, se rendant coupables d’amalgames douteux et honteux avec la Manif pour Tous. J’ai donc coupé court à cette tentative déplacée lors d’un exercice démocratique à l’échelle municipale. Il m’a semblé nécessaire de souligner qu’il fallait avant tout laisser la police et la justice avancer dans leur enquête, avant de tirer des conclusions.

De plus, qu’on parle uniquement de C. Méric, en occultant presque totalement  la mort tout aussi tragique du jeune F. Noguier à Châlons-en-Champagne me dérange. Le traitement médiatique me paraît disproportionné, et le gouvernement, qui reprochait tant à N. Sarkozy de communiquer sur chaque fait divers quand il était Président, fait exactement ce qu’elle dénonçait hier, perdant ainsi encore un peu plus de crédibilité.

A votre avis