« Ras-le-bol des écolos », le manifeste de Maud Fontenoy pour une écologie positive

 6848776415_6a2a85176d_z

Je profite de ce billet pour saluer la sortie aujourd’hui du livre de Maud Fontenoy, « Ras-le-bol des écolos, pour que l’écologie rime avec économie ». Un livre qui vous veut du bien ! Maud a décidé de voir le verre à moitié plein, d’en finir avec l’écologie politisée et éloignée des préoccupation environnementales, et de parler vraiment de développement durable. Bravo !

Dans ce livre, il est justement question de développement durable, c’est-à-dire de l’association entre l’environnement, l’économie et le social. Il faut en finir avec le discours alarmiste et larmoyant sur l’écologie, ce discours qui propose la décroissance et une écologie radicale sans prise avec la réalité. Il est stérile d’opposer écologie et économie. Comment pourrions-nous nourrir et chauffer 7 milliards d’êtres humains en refusant les nouvelles technologies et en interdisant la croissance ?

-eda1

Il est temps de passer à une vraie politique en faveur d’un développement durable. C’est ce qu’avait fait Nicolas Sarkozy en lançant en 2007 le Grenelle de l’environnement : il avait invité tous les acteurs de l’économie, de l’environnement et du social à travailler ensemble pour proposer des solutions d’avenir qui conjuguent les impératifs économiques et sociaux avec la préservation de notre environnement. Des solutions véritablement durables.

C’est aussi ce que nous avons fait à notre modeste échelle au Plessis-Robinson, avec les Etats Généraux de la Ville Durable. L’idée était de réunir toutes les bonnes volontés de notre ville pour faire le point sur nos actions en matière environnementale, et d’imaginer des projets d’avenir pour faire du Plessis-Robinson un modèle de ville durable. Une période de réflexion riche qui a abouti à la publication en février dernier du Livre vert du Plessis-Robinson, par lequel la Ville s’engage sur un certain nombre de projets.

Enfin, Maud met clairement en cause les Verts, qui se préoccupent peu d’environnement, et plus de politique politicienne. Les verts qui s’illustrent d’ailleurs en ce moment par leur soutien à Leonarda, alors qu’ils font si peu sur les dossiers environnementaux.

Je souhaite pour ma part que les questions environnementales transcendent les partis politiques, ce qui avait été le cas lors des Etats Généraux de la Ville durable avec la participation positive de deux élus communistes. Je salue ceux qui ont été capables de dépasser les querelles politiciennes pour apporter leur pierre à ce bel édifice qu’est le Livre vert du Plessis-Robinson.

A très vite,

Philippe Pemezec

 

Découvrez ci-dessous l’interview donnée par Maud Fontenoy à France Info aujourd’hui :


Maud Fontenoy en a assez des écolos par FranceInfo

A votre avis