Quand une certaine presse se déchaîne…

Le candidat socialiste est loin d’être victorieux à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle. Pourtant, les journaux partisans que sont le Nouvel Observateur et Libération ne se privent pas de faire campagne pour la gauche et du plaisir de tirer à boulets rouges sur le Président de la République Nicolas Sarkozy en publiant des Unes outrageuses.

« Je sens une vague » cette semaine, ou « La gauche forte », publiée la veille du premier tour (et dont on se demande si le numéro ne devrait pas être réintégré aux comptes de campagne des candidats de gauche !) en sont les pires exemples. Comment peut on encore parler de journalisme en pareilles circonstances ? La haine des éditorialistes de ces journaux pour notre candidat transpire dans chacune de leurs lignes.

Pour ce qui est de la vraie campagne politique, notre candidat, Nicolas Sarkozy, très offensif et concret sur ses propositions, marque chaque jour sa différence avec le candidat socialiste dont l’absence de propositions devient de plus en plus flagrante. Monsieur Hollande a fait sienne une des phrases fétiches de François Mitterrand : »On ne sort de l’ambiguité qu’à ses dépens ».

Je vous invite à ne pas manquer l’introduction au débat décisif du 2 mai ce soir sur France 2, dans l’émission des Paroles et des Actes. Nicolas Sarkozy s’exprimera en deuxième partie de soirée, vers 21h45.

A votre avis