Lycée : les masquent tombent !

Après le flagrant délit de mensonge dont s’est rendu coupable le conseiller régional socialiste Monsieur Marquaille, en oubliant de mentionner, afin de justifier l’inertie de la Région, les deux propositions de terrains formulées par la municipalité pour y installer le nouveau lycée, Henriette Zoughebi, vice-présidente du Conseil régional, en charge des lycées, nous livre un étonnant aveu.

En effet, dans un article du journal par fax « Première Heure », en date du 4 janvier 2013, le lecteur découvre que, pour l’élue régionale, « la Région préfère financer l’annexe du lycée Lakanal à Bagneux avec son futur terminus de la ligne 4 et sa future gare Grand Paris Express qu’un nouvel établissement dans une zone mal desservie par les transports en commun » !

Enfin, la vérité éclaterait-elle au grand jour, qui expliquerait alors les difficultés et obstacles politiques et administratifs auxquels a été confrontée notre municipalité dans son action, pour que cesse le mépris dont font l’objet notre lycée et nos lycéens depuis tant d’années de la part de la majorité de Jean-Paul Huchon ?

Curieuse manière pour la coalition rose-rouge-verts de souhaiter la bonne année aux Robinsonnaises et aux Robinsonnais !

En tout état de cause, il serait intéressant de connaître le point de vue de Monsieur Marquaille sur les propos de sa vice-présidente, dont on peut douter qu’il s’agisse d’une simple opinion personnelle… Sur la forme, c’est la preuve de l’inaction du Conseiller régional socialiste qui n’a sûrement même pas pris la peine de tenir informée la vice-présidente des arguments fallacieux qu’il utilise au Plessis-Robinson pour expliquer l’absence de réponse de la Région ; sur le fond, c’est oublier que d’ici à la construction de ce lycée, Le Plessis-Robinson bénéficiera de la mise en service du T6 et de l’implantation de trois stations du futur tramway Antony-Clamart via l’avenue Paul Langevin.

Je n’ose par ailleurs envisager que l’intérêt général et les besoins légitimes des lycéens puissent être sacrifiés sur l’autel de la politique politicienne, la vice-présidente de la Région et le maire de Bagneux étant membres du même parti…

Nous sommes atterrés devant tant de cynisme après de si nombreuses heures de concertation avec nos partenaires, dont l’Education Nationale.

Nous espérons que Madame Zoughebi reviendra à de meilleurs sentiments, et que ses propos relèvent davantage d’une simple maladresse.

Car si, au Plessis-Robinson, nous sommes si fiers de notre rivière et de nos plans d’eau, pour autant, nous n’apprécions guère d’être menés en bateau…

Philippe Pemezec

 

A votre avis