Les Hauts-de-Seine n’échappent pas au charcutage électoral.

nouveau découpage cantonal

Le gouvernement socialiste vient de présenter son projet de redécoupage des cantons, et notamment dans les Hauts-de-Seine : un véritable charcutage électoral grâce auquel la gauche espère limiter la casse aux prochaines élections cantonales.

Conséquence du nouveau mode de scrutin des conseillers départementaux, qui prévoit l’élection d’un binôme homme-femme par canton, la carte des cantons avait vocation à être redessinée.

La semaine dernière, le projet de redécoupage des cantons des Hauts-de-Seine a donc été dévoilé par le Préfet (télécharger le projet de découpage). C’est sans surprise que j’ai pris connaissance de ce projet réalisé par la Gauche et pour la gauche. Le découpage proposé est un véritable charcutage.

Je tiens à m’associer aux nombreux élus de notre département et de toute la France qui ont dénoncé avec force ce redécoupage : « Acte de délinquance politique » pour François Goulard dans le Morbihan, « Dépeçage » pour Charles Buttner dans le Haut-Rhin, « Confiscation politique des territoires au profit d’un seul parti » pour Patrick  Devedjian, « Casse de la ruralité » pour Maurice Leroy dans le Loir-et-Cher, ou encore « Ciseaux droiticide » pour François Sauvadet en Côte-d’Or…  Tous ces mots ne sont pas trop forts pour qualifier ce projet sur lequel je ferai part de mon avis lors de la prochaine séance publique extraordinaire du Conseil général.

La proposition faite dans notre département fait justement figure d’exemple : le redécoupage y a été fait sans aucune concertation avec les élus locaux, sans respect des bassins de vie et sans prise en compte des réalités diverses de nos communes. Des principes qui devaient présider à la révision de la carte n’ont pas été respectés, comme l’intégrité des communes, la prise en compte des intercommunalités ou des circonscriptions législatives. Même les frontières naturelles comme la Seine ont été ignorées !

L’objectif est clair : épargner les Conseillers généraux du parti socialiste en créant des cantons où seuls les élus de droite auront à s’affronter.

Après les projets de loi ALUR et de la Métropole du Grand Paris par lesquels le gouvernement socialiste cherche faire main basse sur nos villes en ignorant les choix des électeurs, ce découpage marque une nouvelle étape dans la mise au pas de la région parisienne. Vous pouvez compter sur moi pour me battre contre leurs ambitions anti-démocratiques et liberticides.

A votre avis