Le Racing Métro 92 inaugure son nouveau centre d’entraînement au Plessis-Robinson

Il est des moments particulièrement privilégiés dans l’existence d’un élu, qui marquent l’écriture de nouvelles pages d’histoire locale.

Cette journée du 15 octobre en fait incontestablement partie, car elle ouvre une étape importante dans la vie sportive du Plessis-Robinson.

En accueillant le Centre d’Entraînement du Racing, l’un des clubs phares du rugby français, notre ville se donne les moyens d’accroître à l’extérieur son rayonnement de ville sportive, une réputation acquise au fil des ans grâce à un tissu associatif dense et pourvoyeur de multiples talents. Avec Nathalie Léandri, nous nous acharnons à faire briller avec la même intensité les deux faces d’une même médaille de notre politique sportive : celle du sport de masse, celle du sport d’élite.

Le monde de l’Ovalie, en effet, ne vit pas en circuit fermé, il est ouvert sur le monde, et surtout attaché à transmettre ses valeurs, aux nouvelles générations. C’est ce qui fait sa marque et son éthique.

Et nous voulons au Plessis-Robinson, profiter pleinement de cette pédagogie de l’effort, du respect et de la fraternité propre au rugby, pour que nos jeunes puissent acquérir des principes qui les rendront plus forts dans leur vie d’adulte.

Tel est aussi l’objectif de l’école de rugby qui vient d’ouvrir en septembre, avec d’ailleurs un succès inattendu, puisque l’objectif initial d’accueil dans l’école de rugby Racing-Plessis-robinson de 80 enfants des catégories M7 à M15 est largement dépassé pour atteindre 180 inscrits !

Nous sommes très vite tombés d’accord, lors de nos négociations, sur cet aspect des choses, avec Jacky LORENZETTI.

L’école de rugby s’est imposée comme une évidence, non seulement pour détecter des talents et créer un vivier de jeunes joueurs dont l’art ne demande qu’à s’épanouir, mais aussi pour leur donner du sport une image trop souvent ternie par les frasques médiatisées de joueurs peu scrupuleux d’autres disciplines.

Dans le même esprit, réjouissons-nous de l’originalité du projet éducatif promu par le Racing, qui aboutira à terme à une sorte de campus cohérent qui comprendra un Centre de formation avec une quarantaine de lits, des salles de cours, un lycée privé avec 5 ou 7 élèves par classe, et la création d’un BTS Management des actions commerciales.

Aujourd’hui, par cet événement, nous montrons que nous sommes fidèles à ce message.

Que de chemin parcouru depuis février 2010. Notre réflexion a particulièrement porté, outre sur la création d’une école de rugby, sur la nécessité absolue de ne pas pénaliser les associations utilisatrices du Parc des Sports, conformément à l’esprit que j’ai rappelé il y a quelques instants.

Je tiens d’ailleurs à leur rendre un hommage particulier pour leur patience, pour leur sens du dialogue, et pour leur compréhension de la chance extraordinaire que représente l’installation du Racing 92 sur notre territoire.

Je les remercie du fond du cœur d’avoir fait preuve, si je puis me permettre ce jeu de mots, d’un vrai sens du jeu collectif, à l’occasion des négociations engagées.

Je rappelle que le projet a amené la ville à transformer ses deux terrains en herbe, en gazon synthétique afin de préserver notamment les activités du club de football.

Le Racing, pour sa part, a construit une piste de javelot et une cage de lancer pour conventionner avec le club d’athlétisme et lui permettre d’accueillir des compétitions.

L’installation du Racing est le fruit d’un partenariat exemplaire, entre la ville, Jacky LORENZETTI, Pascal SIMONIN, et les clubs utilisateurs.

Sans cette bonne volonté des uns et des autres, nous ne serions pas réunis aujourd’hui pour cette belle fête !

Je tire enfin un coup de chapeau à Jacky LORENZETTI pour la confiance qu’il nous a accordée, ensuite pour les valeurs qu’il porte, des valeurs d’amitié et de travail, qui sont aussi celles de son sport préféré.
Enfin je veux saluer le parcours du capitaine d’industrie qui ose prendre des risques dans un pays devenu trop frileux.
Il aurait pu s’offrir une retraite dorée en revendant FONCIA, il est reparti de zéro en misant tout dans un projet à la fois sportif et économique, créateur de valeur et de richesse.

Alors Merci Monsieur LORENZETTI et vive le rugby !

Mots-cle: , , ,

A votre avis