Le « mur des cons », symbole d’un mépris pour la France de droite

PHOa5aa7ef4-ac56-11e2-8475-a0addd08338e-805x453

J’imagine que le dernier passe temps de juges en mal de pouvoir exprimer ouvertement leurs opinions ne vous est plus inconnu et que comme beaucoup, vous avez entendu parler du fameux « Mur des cons » du syndicat de la magistrature.

Si ce n’était pas le cas, je vous invite à vous rendre ici pour en savoir plus.

Cette affaire, balayée par de nouvelles actualités est pourtant d’une extrême gravité. Je souhaitais y revenir sur mon blog car elle a déclenché en moi plusieurs sentiments :

De l’inquiétude tout d’abord : je suis inquiet de la confirmation de la partialité de la justice française puisque nous avons dorénavant la preuve de ce que pense une grande partie des juges de la droite et de ceux qui la représentent, non seulement dans le milieu politique, mais aussi dans celui des médias, de la culture ou de l’entreprise. Je parle de confirmation puisqu’il s’agit d’un deuxième pas après celui de la campagne présidentielle de 2012 où le même syndicat de la magistrature avait appelé à voter contre Nicolas Sarkozy.

Je suis aussi affligé par le manque de réactions de la classe médiatique qui a finalement très vite tiré un trait sur cette affaire. Pourquoi ? Simplement parce qu’elle concerne des personnalités de droite. Je vous laisse imaginer le raz de marrée médiatique auquel nous aurions eu droit si, lorsque Nicolas Sarkozy était président de la République, nous avions eu à faire à un mur des cons de personnalités de gauche… Oui, j’ai la conviction que ce pays est dominé par une élite formatée à gauche, tenant à excuser sa réussite en brandissant des valeurs de partage et de solidarité se situant à des années lumières de leur manière de vivre : la gauche et tout mis en cause s’en rapprochant bénéficiera toujours d’une forme de complaisance journalistique à son égard, c’est inné.

Enfin, je suis révolté par le mépris affiché pour tout ces Français proches des valeurs de droite, qui se retrouvent finalement eux aussi insultés. Je pense à tous ceux qui ne sont pas représentés par des syndicats, qui travaillent en silence et avec sérieux, n’ont pas accès aux médias et n’usent eux, ni de la surenchère ou de la violence pour se faire entendre mais remettent leur confiance, leurs espoirs, leur colère parfois, dans l’enveloppe recevant leurs votes lors des élections. Cette France est une fois de plus méprisée au travers de ce mur imaginé par des magistrats n’acceptant pas que des critiques soient émises à leur encontre, que des réformes obligent à appliquer des peines à des criminels récidivistes ou donnent la parole aux Français dans les tribunaux. Enfin, j’ai une pensée toute particulière pour le père courageux d’une jeune fille assassinée dans le RER par un violeur récidiviste en 2007 à Fosses, qui lui aussi fait partie de la liste des cons du syndicat de la magistrature pour avoir dénoncer le laxisme de certains juges d’application des peines. Quelle honte !

Peut on espérer que la divulgation de cette affaire permette au moins une remise en cause des magistrats les plus politisés ? Peut on espérer des excuses publiques ? Compte tenu de la réaction outragée des responsables du syndicat de la magistrature, je pense malheureusement que ce n’est pas pour demain…

Mots-cle:

A votre avis