Le minimum est de rendre service

Chaque grève nationale des enseignants est une source d’inquiétude pour les parents qui doivent gérer une organisation chamboulant le déroulement normal de leur journée. En tant que père de famille, je suis bien placé pour le savoir !

Au Plessis-Robinson, nous veillons à ce que le service minimum d’accueil des écoliers fonctionne efficacement dans chacun de nos établissements. A l’issue de la journée de grève nationale du 27 septembre, alors que quatre de nos écoles étaient entièrement fermées et quarante huit classes en grève, 553 enfants ont pu être pris en charge par les animateurs de la ville et des agents territoriaux des écoles maternelles.

Depuis, la loi du 20 août 2008 les communes sont en effet tenues d’organiser un service minimum d’accueil si plus d’un quart des professeurs des écoles sont annoncés grévistes. Malheureusement, certains maires de gauche refusent encore et toujours de rendre ce service à leur population par pure idéologie. Je trouve cela choquant. Parce que les maires de ces communes ne respectent pas la loi, mais aussi parce qu’ils se comportent comme des ayatollahs sans se soucier des problèmes de gardes que les grèves suscite pour leurs administrés.

Philippe Pemezec

Mots-cle: , , ,

A votre avis