Le combat pour l’emploi !

monavis (Copier)

Les bugs informatiques et autres radiations massives de Pôle emploi n’y changeront rien, le gouvernement socialiste continue à mener tranquillement mais sûrement la France vers un désastre économique sans précédent.

Les symptômes de la maladie sont visibles de tous : La croissance est à l’arrêt, la pression fiscale est sans cesse plus élevée, les cotisations augmentent, la réforme des retraites n’a de réforme que le nom… Sans parler des syndicats tout-puissants qui obligent les magasins à fermer le soir et le dimanche contre l’avis des salariés… Alors que le reste du monde semble sortir petit à petit de la récession, la situation en France ne nous laisse même pas entrevoir le bout du tunnel.

Pourtant, malgré ce tableau noir et les drames personnels de millions de chômeurs, nous devons refuser toute forme de défaitisme et appeler toutes les bonnes volontés à se mobiliser pour l’emploi. Retroussons-nous les manches pour faire reculer le chômage.

Car malgré la situation catastrophique de l’économie française, des secteurs entiers de l’économie peinent à recruter. Selon la dernière enquête de Pôle emploi,  651 694 projets de recrutements auraient été jugés difficiles en 2013, faute de trouver des candidats. Quels sont ces secteurs qui recrutent ?

  1. La restauration : Chaque année, le secteur de l’hôtellerie recrute 219 000 personnes, surtout des cuisiniers et des serveurs. « Malgré les difficultés importantes du secteur en ce moment, nous avons plus que jamais besoin de forces vives » confirme le Président du syndicat de la branche.
  2. La santé : 380 000. C’est le nombre d’emplois qui devraient voir le jour dans cette branche d’ici à 2020. Médecins, infirmiers, aides-soignants, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux de formation.
  3. Le numérique : Une filière qui croit chaque année de 3 à 4%, ça recrute nécessairement beaucoup. 40 000 à 45 000 emplois seront créés d’ici la fin de l’année, confie la présidente de l’association Pasc@line, fer de lance de la promotion des métiers de l’informatique.
  4. Le BTP : La France manque cruellement de logements, notamment en région parisienne où la pénurie est forte. Si les mises en chantiers ralentissent et ne sont guère encouragées par les mesures de la ministre du logement, 10 000 recrutements dans le bâtiment et 5000 dans les travaux publics sont tout de même à prévoir annuellement.
  5. L’aéronautique : la fierté de l’industrie française ne connait pas la crise : 15 000 emplois ont été créés dans ce secteur en 2012.

Enfin, sachez que l’Afpa, premier opérateur français de formation professionnelle, propose, d’ici janvier 2014, 15 406 stages pour répondre aux besoins des entreprises. Plus d’informations sur Afpa.fr.

Un mot enfin sur les récentes affaires concernant la libéralisation du travail. Après le magasin Sephora des Champs Elysées condamné à fermer le soir après 21h, j’ai pris connaissance en fin de semaine dernière de la décision de justice obligeant les magasins Leroy Merlin et Castorama à fermer boutique le dimanche. Si cette décision met partiellement fin à la situation de distorsion de concurrence que subissaient d’autres enseignes comme le magasin Bricorama du Plessis-Robinson, elle ne peut apporter une réponse durable à la question du travail dominical.

Pourquoi et comment une poignée de syndicalistes idéologues peuvent-ils affronter l’immense majorité des salariés qui désirent pouvoir travailler le dimanche et prendre un autre jour de repos ? Dans la conjoncture économique et sociale grave qui impacte la France et l’Europe, ce combat aveugle est déplorable et porte gravement atteinte à la situation de l’emploi sur notre territoire. Libéraliser les autorisations d’ouverture pourrait créer jusqu’à 100 000 emplois en France ! Rien qu’en Île-de-France, Jean-Claude Bourrelier, le président-fondateur des magasins Bricorama, estimait qu’il avait dû supprimer 150 emplois suite à la décision de justice qui l’avait contraint à fermer le dimanche…

Pourtant, les signes d’espoir existent et le combat pour une libéralisation du travail avance pierre après pierre. Vous avez ainsi été nombreux à être touchés par les conséquences des décisions qui ont frappé les salariés des magasins Sephora, Leroy Merlin ou Castorama.

Une question reste désormais en suspens sur ce sujet comme sur le reste : le gouvernement va-t-il se décider à réagir et enfin apporter de vraies solutions au problème du chômage dans notre pays, autres que les emplois aidés qui ne peuvent à eux seuls constituer une politique digne de ce nom ?

A très vite,

Philippe Pemezec

A votre avis