La vidéoprotection arrive au Plessis-Robinson

 

Vous avez pu constater leur installation progressive dans les rues de notre ville ces dernières semaines: ça y est, les premières caméras de vidéoprotection du Plessis-Robinson viennent d’être mises en service, hier matin à l’occasion du CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) que je présidais en présence de Yves Menel, Vice-président du Conseil Général en charge de la sécurité publique, de la Procureur adjointe au Tribunal de Grande Instance de Nanterre, du Sous-préfet, et de représentants de la Police Nationale.

La matinée a commencé par la réunion du CLSPD, au cours de laquelle j’ai souhaité saluer l’excellent travail de collaboration que nous entretenons avec les différents services liés à la lutte contre la délinquance ou à sa prévention: la justice, la préfecture, le Conseil Général des Hauts-de-Seine, les services sociaux, le service de la Réussite Éducative, la Police Nationale, mais aussi les services de la Mairie ou ceux de l’Education Nationale, les proviseurs des collèges comme les enseignants.

Nous avons ensuite visité le Centre de Supervision Urbain situé dans les locaux de la Police Municipale où j’ai présenté notre nouveau dispositif de vidéoprotection. Il s’agit d’un outil moderne qui permettra d’amplifier les résultats positifs que nous obtenons déjà en matière de sécurité grâce à l’efficacité de notre Police Municipale. Le précédent commissaire avait d’ailleurs situé Le Plessis-Robinson parmi les cinq villes les plus sûres de France dans sa strate.

La vidéo-protection offre selon moi plusieurs avantages dans la lutte contre l’incivilité ou la délinquance : elle permet d’abord de résoudre certaines affaires grâce à l’exploitation des images. Les images peuvent d’ailleurs être à charge mais peuvent aussi innocenter certaines personnes, car les nécessités de la sécurité et de la tranquillité publiques ne sauraient justifier le moindre arbitraire.

La vidéoprotection permet surtout d’améliorer la vitesse d’intervention de la Police Municipale grâce à la communication entre les agents derrière les écrans, et ceux qui patrouillent dans la ville. C’est là tout l’intérêt du système dont nous nous sommes dotés, utilisant la fibre optique qui transmet des images d’une grande qualité en instantané. Je reste également persuadé que ce dispositif a également un effet préventif, et peut dissuader certains délinquants avant qu’ils ne passent à l’acte.

Je le répète, la sécurité est la condition première d’exercice de notre liberté, cette liberté qui se trouve à la base de mon engagement politique.

A très vite,

Philippe Pemezec

PS: Vous trouverez ci-dessous l’article publié dans le Parisien de ce jeudi 19 septembre, relatant le CLSPD et annonçant la mise en service de la vidéoprotection.

parisien

article parisien videosurveillance3

A votre avis