Député, je refuserai…

Si les Châtillonnais, les Clamartois, les Fontenaisiens et les Robinsonnais m’accordent leur confiance les 10 et 17 juin prochains, que je siège dans la majorité ou l’opposition, je me battrai pour défendre nos convictions. Dans l’intérêt général, je m’opposerai de toutes mes forces aux projets de loi qui sont contraires à nos valeurs.

Député, je refuserai :

– le laxisme budgétaire

Le retour à l’équilibre des comptes est une nécessité pour retrouver la croissance et doit passer d’abord par la réduction du train de vie de l’Etat. Je refuserai notamment l’augmentation excessive des effectifs de la fonction publique et le déséquilibre des budgets de la France.

En arrivant au pouvoir, M.Hollande a fait semblant de découvrir que les caisses sont vides. Je dis bien semblant puisqu’il ne peut pas ignorer la situation du pays, d’autant plus que Nicolas Sarkozy avait placé des amis à lui à des postes clé, M.Cahuzac PS, à la présidence de la commission des finances, Didier Migault PS, à la présidence de la cour des comptes, laquelle a déjà mis en garde le gouvernement socialiste sur le risque de dépenses non financées.
Et pourtant, dans le but de gagner les élections législatives, M. Hollande va devoir donner des gages à ceux qui l’ont fait élire : les organisations de travailleurs, les syndicats d’enseignants, les lobbies de magistrats…
Il va donc arrêter le programme d’assainissement des finances publiques pour signer des chèques en bois, sur le SMIC +5% déjà, sur les recrutements dans l’Education nationale, sur l’allocation de rentrée scolaire (+25%). Et qui va payer ?

– une politique migratoire incontrôlée

En période de crise, la France ne peut pas se permettre d’accueillir autant d’étrangers, qu’elle n’est pas en mesure d’intégrer. Je m’oppose donc formellement à une immigration incontrôlée, à la régularisation massive des sans-papiers, au vote des étrangers aux élections locales, porte ouverte au communautarisme et à la dilution de la citoyenneté française.

– le racket fiscal des classes moyennes

La taxation des très riches à 75% étant symbolique (c’est François Hollande qui l’a dit), ce sont les classes moyennes qui vont supporter intégralement l’augmentation de la pression fiscale. Je ne veux pas que l’Etat se dispense de faire les efforts financiers nécessaires pour les reporter sur le contribuable, et que la politique des quotients familiaux familiaux, base de notre politique familiale depuis 1945, soit remise en cause au détriment des familles.

– la perte de l’indépendance énergétique de la France

La promesse des socialistes de réduire la part du nucléaire de 75 à 50%, si elle est tenue, va mettre notre pays en grave danger, à la fois en nous liant plus encore au prix des énergies non renouvelables (pétrole et gaz) et en détruisant des milliers d’emplois. Je m’opposerai à l’abandon précipité de la filière nucléaire. Au contraire, il faut aller vers des centrales de nouvelle génération, un renforcement de la sécurité et une diversification de nos ressources énergétiques.

Mots-cle: , ,

A votre avis