Construire plus durable

Je participais il y a quelques jours à une conférence sur le logement. Elle a été l’occasion de présenter ma conception de ce que doit être la Ville d’aujourd’hui : durable et responsable.

Tout au long du XXe siècle, les élus comme les urbanistes ont vécu avec cette obsession qu’était le refus de la densité : sous prétexte de construire « des villes à la campagne », ils ont favorisé le développement en tache d’huile, les lotissements à perte de vue, les barres monotones plantées autour de dalles désertes balayées par les vents. Tout le contraire de l’esprit de la ville et la reproduction d’un modèle de banlieue sans limite ni repères. Aujourd’hui, au XXIe siècle, il est temps de revenir à l’essence de la ville et de ce qui la caractérise : la densité. Construire plus dense, c’est construire plus durable, dans un modèle de ville où se mêlent tous les types d’habitat comme toutes les espèces d’activités, afin de recréer du lien social.

Construire plus durable, c’est rapprocher les gens, c’est réduire les déplacements domicile/travail, c’est limiter les dépenses énergétiques et le coût des réseaux de transport comme d’assainissement. C’est une évidence, mais qui va à l’encontre du modèle individualiste encouragé depuis des décennies. Il suffit de traverser l’Ile-de-France pour constater que des lotissements sortent de toutes parts au milieu des champs. Il serait bon que ces idées soient intégrées à la réflexion sur le Grand Paris et plus largement sur le développement de toutes les villes moyennes et grandes, avec une traduction concrète sur les règles d’urbanisme afin que les erreurs du passé ne se reproduisent plus demain.

Mots-cle: ,

A votre avis