Budget 2015 du Conseil Général des Hauts-de-Seine : ambition et responsabilité

SÉANCE PUBLIQUE  CONSACRÉE À L'ORIENTATION BUDGÉTAIRE

 

L’Assemblé Départementale s’est réuni vendredi dernier pour voter son budget primitif pour l’année 2015. Dans le contexte budgétaire de réduction des dotations de l’Etat qui impacte très fortement l’ensemble des collectivités, le département continue de consacrer l’essentiel de ses crédits aux dispositifs de solidarité, pour lutter contre les effets de la crise, et à de nouveaux investissements, porteurs d’emplois et de croissance.

La compétence première du département est de définir et de mettre en œuvre les politiques d’action sociale. En la matière, le département des Hauts-de-Seine montre l’exemple en y consacrant cette année 778 millions d’euros (hors charges de personnel et frais de structures), soit une augmentation de près de 2% par rapport à l’année dernière.  Le soutien des personnes handicapées, du maintien à domicile des personnes âgées, le programme départemental d’insertion et de retour à l’emploi, l’allocation du revenu de solidarité active ou encore la protection de l’enfance sont autant de dispositifs renforcés en 2015. Un nouveau service d’accueil familial va également être mis en place, dont la mission sera d’orienter le plus rapidement possible des enfants chez les assistantes familiales.

En matière d’investissement, le Conseil Général répond aux besoins des Alto-séquanais et des entreprises du département en consacrant 558 millions d’euros à des programmes d’habitat, de réhabilitation des collèges, d’infrastructures routière et d’aménagement d’espaces verts. La rénovation urbaine est également concernée, et 3.5 millions d’euros seront notamment investis pour construire un nouveau pôle social à Châtenay-Malabry.

La politique innovante tournée vers la jeunesse, les sports et la culture est également reconduite, notamment en faveur des collèges publics, de la restauration scolaire, des dispositifs d’aide aux élèves en difficulté, ou encore des associations sportives et pour la poursuite des festivals de musique qu’organise le département.

C’est donc un budget ambitieux qui a été voté ce vendredi. Ambitieux mais pas téméraire. L’équilibre financier du département est maintenu, l’encours de la dette a même reculé cette année. Au 31 décembre, elle sera inférieure de 27 millions d’euros au montant issu de l’année précédente pour retrouver le niveau d’avant-crise (décembre 2007).

Pour reprendre les mots de Patrick Devedjian, les Hauts-de-Seine sont plus que jamais « un territoire d’excellence, une référence en termes de projets, d’innovation, de solidarité et de gestion financière, qui dépasse largement nos frontières et suscite parfois même quelques jalousies. »

A l’heure où la majorité à laquelle j’appartiens remet son mandat en jeu à l’occasion des prochaines élections départementales de mars prochain, c’est un département en très bonne santé que nous pourrons présenter aux Alto-séquanais.

 

Le Budget 2015 des Hauts-de-Seine en bref :

  • Recettes de fonctionnement : 1 894 M€ ;
  • Dépenses de fonctionnement : 1 478,6 M€ ;
  • Crédits consacrés au secteur social : 865,8 M€ (soit 59 % du budget 2015) ;
  • Un important niveau d’investissement : 588 M€ ;
  • Une maîtrise de la pression fiscale (l’un des taux les plus bas de France).

 

A votre avis