Belle mobilisation pour le lancement des municipales à Clamart

salle-comble

Cela faisait bien longtemps que les clamartois n’avaient pas connu un tel enthousiasme pour un rassemblement politique. Ils étaient en effet plus de 450 à s’être déplacés mercredi dernier à l’appel de Jean-Didier Berger, Conseiller municipal et candidat UMP-UDI à la Mairie de Clamart, pour un grand meeting autour de Valérie Pécresse, ancienne Ministre et Présidente du groupe UMP au Conseil régional d’Ile-de-France. Une mobilisation qui confirme ce que nous sentons tous depuis déjà plusieurs années à Clamart : cette ville est en attente de changement.

J’ai moi aussi participé à ce grand meeting à Clamart pour apporter mon soutien le plus entier à Jean-Didier et à son équipe. Isabelle Debré, Sénatrice et adjoint au maire de Vanves, ainsi que Denis Larghero, Conseiller général des Hauts-de-Seine et Conseiller municipal de Meudon étaient également venu témoigner de leur sympathie au projet porté par l’UMP et l’UDI clamartoises.

Cette ambition, que Jean-Didier Berger a exposée pendant son intervention et dans laquelle je me retrouve pleinement, c’est de faire de Clamart une ville exemplaire en terme de qualité de vie. Pour cela, il a bien entendu été question de circulation, de développement économique et de fleurissement, mais aussi de sécurité, de qualité du service public de la petite enfance et de gestion locale de manière générale.

Surtout, et c’est ce sur quoi j’ai souhaité insister dans mon propos, il est temps de ramener à Clamart une démocratie apaisée pour faire avancer cette ville dans la sérénité et la confiance.

Cette démocratie apaisée que j’appelle de mes vœux, elle nous permettra aussi de renouveler le dialogue qui a tant fait défaut à nos deux communes ces dix dernières années. Nous pourrons enfin faire avancer les dossiers importants main dans la main : je pense au tramway bien sûr, mais aussi à l’enfouissement de la ligne à haute tension qui défigure le sud des Hauts-de-Seine et sur lequel la Mairie de Clamart fait barrage.

La confiance retrouvée, elle se construira aussi dans l’écoute. Alors que le maire sortant semble sourd aux critiques venant même de sa propre majorité, il sera impératif pour Jean-Didier et sa nouvelle équipe municipale de renouer le contact avec les clamartois. Seule une écoute attentive aux problèmes de la population clamartoise donnera à l’action la légitimité dont elle aura besoin.

Au cours de mon intervention, j’ai aussi appelé chacune des personnes présentes à s’impliquer dans la bataille des municipales. En 2014, les clamartois auront une chance historique de faire basculer leur ville et de lui donner un nouvel élan après 12 ans d’une calamiteuse gestion socialiste. Face à une majorité sortante aux méthodes douteuses, Jean-Didier n’y arrivera pas seul. Chacun doit se sentir concerné par l’avenir de Clamart et s’engager pour enfin agir en confiance.

A très vite,

Philippe Pemezec

A votre avis