Agir pour la rénovation durable des bâtiments

Le Club Idées que j’anime en tant que Vice président du Conseil général en charge du développement durable se réunissait ce matin au sein de la tour First. Ce lieu était idéal pour aborder le thème de la rénovation durable du patrimoine bâti puisque c’est la première tour de France, rénovée THPE et certifiée HQE.

La France compte 32 millions de logements et 850 millions de mètres carrés de bâtiments tertiaires publics et privés, ce qui représente 42,5 % de la consommation énergétique nationale.

Les lois Grenelle nous imposent le respect de nos engagements pour la lutte contre le réchauffement climatique et de renforcer notre indépendance énergétique.

Pour répondre à ces exigences et dans le cadre du Plan Bâtiment Grenelle, des objectifs de diminution des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre ont été fixés, respectivement à -38% et -50% d’ici 2020.
Et des objectifs portant sur la qualité des bâtiments ainsi que sur la construction et rénovation ont également été fixés.

En Ile-de France, le bâtiment représente 20% des émissions de Co2, les constructions neuves 1% des stocks, en conséquent avec un patrimoine bâti de 700 millions de m2, le parc ancien est le premier levier sur lequel il faut agir.

Confronté à une très forte urbanisation avec un parc immobilier vieillissant, le secteur du bâtiment et de l’immobilier doit faire face a un enjeu de taille.

Les professionnels incités par les nouvelles obligations et les dispositifs mis à leur disposition par les lois Grenelle ont subi une profonde mutation de leurs pratiques et de leurs exigences de performances énergétiques.
D’autant plus que depuis juillet 2011, nouvelle réglementation thermique, la RT 2012, s’applique pour les constructions neuves du secteur tertiaire. Un récent décret (du 13 avril 2012), applicable à compter du 1er janvier 2013, imposera par ailleurs à toute personne désirant effectuer des travaux de réhabilitation sur un bâtiment existant de se conformer à la réglementation thermique en vigueur et d’en fournir une attestation établie par une personne qualifiée (architecte, contrôleur technique, personne habilitée à faire des diagnostics énergétiques ou organisme délivrant une certification de performance énergétique).
Les produits déjà sur le marchés et ceux qui y accèdent sont plus économes et respectueux de l’environnement.

Si aujourd’hui, les professionnels comme la société adhèrent complètement à la démarche de Haute qualité environnementale, avec des bâtiments HQE et BBC, la prochaine étape maintenant sera d’atteindre le bâtiment à énergie positive, pour un parc immobilier non seulement économe mais producteur d’énergie.

Mots-cle: , , ,

A votre avis