Transports, logements, développement économique : la révolution du Grand Paris

Maurice Leroy, Ministre de la Ville, était l’invité du Club de la XIIème hier soir, salle du Moulin Fidel au Plessis-Robinson. Jean-Pierre Schosteck, Député-Maire de Châtillon et Jean-Didier Berger, Conseiller régional d’Ile-de-France et conseiller municipal de Clamart étaient à mes côtés et à ceux de nos nombreux militants pour l’accueillir. Des militants que je remercie d’ailleurs une nouvelle fois pour tout le travail qu’ils accomplissent pour organiser nos évènements !

Hier soir, nous recevions un homme que je connais bien puisqu’il y a quelques années, je travaillais avec lui sur le « Pacte 92 », un projet visionnaire et même révolutionnaire pour notre Département altoséquanais. Maurice Leroy a joué un rôle central dans la mise en place de la politique de rénovation urbaine en vigueur depuis 2003. Autant dire qu’avec lui, les débats promettaient d’être riches sur le thème du Grand Paris. Et nous n’avons pas été déçus.

Pour ma part, je pense qu’on ne peut plus continuer à laisser se développer ainsi Paris, une métropole de 12 millions d’habitants, de manière anarchique.
Le dernier schéma urbain structurant date des années 1960, et le Conseil régional Ile-de-France s’est montré incapable de piloter un projet d’une telle ampleur. Pour la vie quotidienne des Franciliens, on constate que le temps moyen de trajet domicile/travail augmente régulièrement, les routes sont saturées et les transports en commun, en étoile, traversant Paris aussi.

Le projet de Grand Paris initié par le président de la République est donc un projet structurant qui manquait à la région capitale. Il doit permettre à Paris de rivaliser avec les autres grandes capitales mondiales.

Son principal objectif est de structurer des pôles tout autour de Paris, notamment le Pôle du plateau de Saclay qui nous intéresse au premier chef, puisque l’ensemble Plessis-Clamart-Meudon-Vélizy en est la porte d’entrée. Il a aussi l’intérêt de mettre la priorité sur un réseau de transport en commun en boucle autour de la capitale, à horizon 2025. C’est tout l’inverse des années 60 où l’on a construit Vélizy II sur la base d’un projet de métro, mais le métro n’est jamais venu.
Et vous le savez, il comporte aussi une dimension qui me plait particulièrement, c’est l’Axe Paris-Seine-Normandie, pour ouvrir la capitale sur la mer. Le normand que je reste ne peut qu’y être sensible !

Pour autant, il me semble important de respecter quelques fondamentaux : l’identité des villes en premier lieu. L’erreur des inventeurs des villes nouvelles, c’est d’avoir tué la ville, par un habitat destructuré, la dé-densification, l’absence de repères : quand c’est le totem du MacDo qui remplace le clocher comme repère urbain, il y a un danger. La nouvelle ville doit aussi être une véritable ville, avec un centre, avec des rues et des places, avec la densité qui fait l’urbanité.
Le respect des libertés locales est lui aussi essentiel. L’Etat avait pendant un temps l’idée de retirer aux maires le droit de préemption dans un certain périmètre autour des nouvelles gares construites pour ce nouveau métro. On peut comprendre l’intérêt financier de l’Etat d’avoir le contrôle de ces terrains, mais on ne peut pas priver les élus locaux d’un droit de regard sur des quartiers de ville qui deviendront stratégiques.

Je vous propose de revenir en photos sur cette belle soirée. A très bientôt !

Mots-cle: , , , , , , ,

A votre avis