Ma semaine politique du 25 juin au 1er juillet

L’exécutif est-il en perte de vitesse ?

Sondage Harris interactive publié vendredi dernier : la cote de confiance d’Emmanuel Macron (-7) et d’Edouard Philippe (-5) dégringole et atteint son plus bas niveau depuis leur entrée en fonction. Le Président perd notamment 19 points chez les proches des Républicains.
Certes, ce n’est qu’un sondage, parmi d’autres qui ne vont d’ailleurs pas toujours dans le même sens. Mais cela pose un certain nombre de questions sur l’assise électorale du gouvernement et sa méthode.
Les atermoiements sur la crise des migrants, l’entrée en vigueur des 80 km/h sur les nationales (une mesure technocratique parisienne de plus) sont venus compliquer une situation qui n’est pas si claire que cela : tout le monde a bien le sentiment que la croissance économique actuelle (qui ralentit d’ailleurs) est plus une aubaine que le fruit de l’action gouvernementale, en témoigne d’ailleurs la persistance d’un chômage massif. Et les avertissements de la Cour des comptes sur l’incapacité du gouvernement à réduire l’endettement du pays qui reste abyssal va dans le même sens.
Si l’on rajoute l’accroissement de la fracture territoriale entre les cœurs de métropole et la France des banlieues et des villages, la situation est loin d’être idyllique, à moins d’un an du premier test électoral : les européennes.

Photo Europe 1. 

Mon coup de cœur : Les footballeurs français contre l’Argentine

Des exploits, des buts, des émotions, un match comme celui de France-Argentine (4-3) a réconcilié les Français avec leur équipe de football. Au moins jusqu’à vendredi : car il faudra gagner contre l’Uruguay pour entrer dans l’Histoire.

Mon coup de gueule : Quel est le véritable rôle des ONG en Méditerranée ?

Depuis quelques jours, des interrogations montent sur les motivations profondes des organisations humanitaires qui débarquent chaque semaine des centaines de migrants sur les côtes européennes, et ce financées par les Européens eux-mêmes. Le Président Macron lui-même a déclaré « Lifeline a agi contre toutes les règles. À la fin, on fait le jeu des passeurs en réduisant le coût du passage. Pour l’agence européenne Frontex, les ONG sont complices des passeurs. Elle leur reproche de provoquer un appel d’air chez les migrants et d’être en contact avec les passeurs pour les diriger vers des zones plus favorables.

A votre avis