Ma semaine politique du 16 au 22 juillet

Champions du monde

Difficile d’échapper au football en cette semaine de demi-finale et de finale de Coupe du monde de football avec la clé une deuxième étoile de champions du monde pour les footballeurs français.
Le football, sport universel, apportant du bonheur à tout un peuple, constitue un formidable moyen de communion populaire. Par rapport à ce qu’on a pu connaître il y a quelques années, la nouvelle génération aime la France et le revendique, comme en témoigne la petite phrase devenu un clin d’œil à la fin des interviews : Vive la République.
Partout en France, la fête semble encore plus grande qu’en 1998. Est-ce qu’après les grands moments de communion collective qui ont suivi les attentats terroristes, le peuple français a eu envie de fêter ce moment de joie, plus que de normal ?
Souhaitons que cet élan donné la victoire contribue à renforcer le moral des Français, à augmenter notre capacité à croire en notre destin, à replacer notre pays dans la cour des Grands.
Après le triste mandat de François Hollande, donnons acte à Emmanuel Macron d’avoir lancé le sien sous le signe de la victoire (même si les trombes d’eau tombées du ciel russe au moment des médailles étaient très … « hollandiennes » !

Coupe du monde

Mon coup de cœur : la présidente de la Croatie

Kolinda Grabar-Kitarović, présidente de la jeune république croate, a marqué les esprits pendant la finale à la fois par son engagement derrière ses couleurs et son fair-play après la défaite. Un exemple à suivre pour tous les sportifs… et les politiques.

Mon coup de gueule : le retour des casseurs

Dommage que quelques poignées de casseurs aient gâché la fête en fin de soirée ; je n’ai pas souvenir de telles exactions en 1998, est-ce le triste symbole de ces temps nouveaux ?

A votre avis